Miracle à Santa Anna

Waouh! C’est hallucinant à quel point j’ai la mémoire courte.
Pauvre de moi est-ce un signe du temps?! lol mes « vieilles » connaissances vont encore me dire  » Mais arrête! tu es JEUNE!!! » Anyway je ne suis pas là pour m’attarder sur ma dépression « post quart de siècle »
Non. Ce qui m’amène ici aujourd’hui c’est une banale conversation dans le métro avec ma copine.

On parlait de cinéma et sans vraiment savoir pourquoi, je me suis souvenue que l’an dernier, à peu près à la même période de l’année, je m’étais procurée une place pour assister à une présentation du nouveau long métrage réalisé par Spike Lee: « Miracle à Santa Anna ». Tiré du roman éponyme de James McBride (qui a aussi écrit le scénario), il raconte l’histoire d’un commando composé de 4 noirs américains, issus de la 92eme division, nommée « Buffalo Soldiers », formée uniquement de « personnes de couleur ». Séparés de leur groupe en protégeant un enfant Italien, les 4 héros se retrouvent au coeur des lignes ennemies, accueillis par une famille Italienne faisant fi de la couleur de peau. Le film embarque le spectateur dans la seconde guerre mondiale au coeur même des préjugés raciaux.

De la présentation du film, j’en garde un souvenir ému car j’ai pu apercevoir et écouter un grand réalisateur noir qui a su s’imposer dans l’industrie cinématographique et redorer le blason de la communauté noire (-américaine) en mettant en scène des personnages forts, dignes et combattants. Lors de la présentation qui était en fait une interview télévisée, les journalistes sont revenus sur le making of du film, « du pourquoi, du comment » de ce projet sans donner plus de détails sur le contenu en lui-même et pour dire vrai je ne me souviens pas de ce qui s’est dit exactement. Je me rappelle juste des détails sur ces débuts de carrière ou encore de son fervent soutient pour le candidat OBAMA aux élections américaines de 2008 (il arborait une superbe casquette « YEs We can » avec la figure de Notre bien aimé 1er président noir).

Bref, je me souviens de beaucoup de choses mais pas de quoi parlait vraiment le film.
Et de ce que j’avais entendu (l’histoire de ces 4 noirs qui sauvent un village italien) ben pour moi il n’y avait rien d’excitant c’était limite du « déjà vu » (cf. le film Indigènes de Bouchareb).
Enfin, je me suis quand même dit que je me ferais une opinion définitive et pertinente en voyant le film au cinéma. Mais pour vous dire à quel point le projet ne m’avait pas du tout emballé et Bien je ne me suis jamais rendue compte que le film avait été censuré, complètement boycotté des salles françaises!!!
En faisant des recherches sur Internet, j’apprends qu’à la toute dernière minute TMF distribution (une filiale de TF1 (quelle surprise!) ) chargée de la distribution du film en France a annulé à la dernière minute son contrat avc Spike Lee prétextant un différend commercial. Bien sur, le conflit (ainsi que la censure) n’a fait l’objet d’aucun papier et n’a été relayé par aucun média! on se demande bien pourquoi?!

Je ne ferais pas une énième complainte sur les relents racistes de notre douce France, je ne prendrais pas non plus la position victimaire de mauvais goût tel que j’ai pu observer la dernière fois sur le plateau TV d’une émission où le rappeur Disiz la peste se plaignait de passer en dernier pour présenter son 1er roman sous prétexte qu’il est « noir ».
D’ailleurs, je me demande encore comment il a pu arriver à une telle conclusion. Ca ne serait pas arriver s’il avait appris à utiliser son cerveau. Dans la même logique que j’ai pu voir en travaillant dans un collège de « banlieue » où les gamins punis par le professeur, rétorquent à tout va « je suis puni car je suis noir, tous les profs sont des racistes… » Et bien Disiz La peste adopte la même attitude puérile, propre à l’ingratitude qui caractérise les enfants nés ici. En tout cas, il nous affiche grave. Il est clair que Disiz se trompe de combat ou plutôt de terrain de combat, surtout qu’il n’a pas les capacités intellectuelles suffisantes pour tenir un débat sur les questions de racisme et de discrimination.

Donc cher Disiz si tu lis mon blog (ce qui m’étonnerait fortement lol) FERME LA tu es pathétique! surtout que comme l’ont bien fait remarqué les chroniqueurs sur le plateau tu as eu la chance de pouvoir présenter ton premier roman alors que nombre de jeunes auteurs sûrement plus talentueux que toi! n’ont pas l’opportunité de se présenter dans les grands médias.
C’est vrai quoi! ça suffit un peu! on va tout de même pas sans cesse s’apitoyer sur notre sort! je trouve cette position encore plus regrettable quand elle vient de personnes ayant une certaine visibilité et un statut social non négligeable.
Ceci dit dans le cas de Spike Lee, on peut vraiment s’interroger sur les véritables raisons de cette censure alors à part des causes politiques voire raciales, je vois pas trop.
En même temps, cela apprendra aux gens de tjrs vouloir jouer le jeu des Occidentaux.

Pourquoi faire ce film? Pourquoi toujours vouloir s’inscrire dans leur Histoire?
Je sais bien, pour nous qui sommes nés et avons grandi dans ces pays, notre reconnaissance passe par la démystification de l’Histoire et l’apprentissage d’une histoire commune et que finalement on est aussi légitime que le WASP dont les aïeuls ont émigré en Amérique à partir du XVIème siècle (pour le cas des noirs américains) ou les Sarkozy et Devedjian dont les arrières grands-parents sont partis de l’Est pr s’installer définitivement en France.

Toutefois, je trouve dommage que Spike Lee est décidé de mettre en avant des noirs dans une histoire qui ne nous appartient pas. Nous inscrire dans la 2nde guerre mondiale dont le caractère mondial est pour moi inexact puisque à part l’Europe, les Etats Unis et le Japon de l’autre côté, j’ai pas eu connaissance d’une quelconque intervention des Etats nouveaux-nés d’Amérique du Sud (mis sous tutelle des USA ) en même temps vous me direz qu’à part l’occident le reste du monde n’existait (n’existe?) toujours pas.

Tout ça pour dire qu’en général je suis blasée même plutôt outrée par la surenchère médiatique autour de ce pan de l’Histoire de l’humanité. Cette surenchère est exaspérante car, tel un arbre qui cache la forêt, elle contribue à falsifier l’Histoire dont la restitution se fait de moins en moins objectivement. On croirait que la 2nde guerre mondiale est le seul moment où il y a eu des choses affreuses. On a décrété que cette période fut le moment où l’horreur a pu atteindre son paroxysme.
Alors moi je reviens sur les propos de mon icône Aimé Césaire dans son discours sur le colonialisme. Ce qui s’est passé en l’espace de 6 ans sur le continent européen : stigmatiser une prétendue race, l’amputer de ces droits fondamentaux, la parquer dans les ghettos pour finir par la massacrer. Et bien cela était courant depuis bien longtps dans les territoires d’outre-mer.

Focaliser l’Histoire contemporaine sur la 2nde guerre mondiale c’est omettre des faits antérieurs essentiels aux problématiques d’aujourd’hui sur la question de l' »Autre » mais c’est aussi cautionner le comportement injuste et impitoyable du gouvernement israélien envers le peuple palestinien, c’est refuser de prendre en compte les Histoires de chacun et d’asseoir une vision asymétrique du monde avec un Occident en éternel héros libérateur, garant des grandes idées humanistes.

Après avoir parcouru un tel chemin, je ne vois pas l’intérêt de nous attarder ( de façon aussi excessive) sur cet événement qui au final n’a fait que mettre en exergue les contradictions des sociétés occidentales.
Ce dont on a besoin c’est que l’on restitue nos identités à travers des personnages actuels contemporains et si bien sûr on a aussi besoin de figures historiques, concentrons nous sur ces Histoires multiples et tout aussi importantes qui ont bâti les civilisations. Ces Histoires singulières dont on nous parle jamais, qu’on nous occulte: celle du Grand Empire de Chine, des Grands royaumes du Congo ou encore du Ghana, de ces peuples indiens d’Amérique depuis exterminés.

Notre monde est si complexe et si pluriel que l’on ne peut pas le résumer à la dichotomie manichéenne que nous présente la seconde guerre mondiale! On sait que le monde ne fonctionne pas comme ça; il n’y a pas d’un côté les gentils et d’un autre les méchants et l’Histoire est justement là pour nous le prouver.

À nous d’en tirer les leçons.

Pour CONCLURE ce qui ne va pas du tout dans cette histoire; et bien c’est la façon dont la France, pays de la liberté de l’égalité et de la fraternité ait pu laissé passer une censure aussi injustifiée, sans plainte.
et Comment les personnes concernées dont moi, on a beaucoup de mal à se sentir impliqué, à s’organiser, à s’unir pour mener des actions concrètes et d’envergure pour montrer à cette société que l’on compte autant que les autres!

Ma déception envers ce pays ne cesse de s’agrandir mais je reste optimiste. La France ce n’est pas « tu l’aimes ou tu la quittes! »
La France est comme tous les autres pays, un Etat complexe qui se cherche une identité tout en devant gérer les problématiques nationales et internationales.

Alors, je dénonce ce qui n’aurait jamais dû être de rigueur dans un pays prétendument démocratique. Et qu’elle ferait bien de régler ce genre de problème avant que tout ne re-pète comme en 2005…
Publicités

Auteur : manyyyyyyyy

Jeune trentenaire, enseignante, afroféministe et panafricaine, je m'attèle à ce que le monde et moi cheminions vers plus de justice, de paix et d'amour.

Allez ! Tu as bien quelque chose à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s