Ma première parole militante publique : Conférence autour du film « Ouvrir la voix » d’Amandine Gay

Dans le cadre de la Semaine Anticoloniale et Antiraciste, ce lundi 23 février a eu lieu une conférence-débat intitulée « la parole des Afrodescendantes : entre paternalisme, confiscation et réappropriation », autour du film documentaire « Ouvrir la voix », réalisé par Amandine Gay qui raconte des Afrodescendantes d’Europe francophone . Figurant dans le film, j’ai été convié à participer à ma toute première table-ronde ! Et ce fut un moment plein d’émotions que je tenais à partager avec vous ici 😀

IMG_0553


Mon expérience de « star » d’un soir – joke of course  ;D

Vidée et heureuse.

Je n’avais jamais été autant stressée – euh en fait, je mens là, le plus gros stress de ma vie fut (et restera) mon passage à l’oral du CAPES où j’avais l’impression de jouer ma vie entière… Ceci pour dire que j’étais excessivement stressée car je savais, au plus profond de moi, que je faisais partie d’un truc de totalement OUF.

OUF parce que pour la première fois, dans ce gros magma des luttes antiracistes récentes, dominées et dirigées par les blanc-he-s et/ou par les hommes, il s’agissait de laisser parler des femmes noires francophones, « anonymes » – dans le sens de non académiques. Pour la première fois, nous avons pu parler « officiellement » et publiquement de notre vécu, de nos expériences mais aussi de nos ressentis, nos sentiments dans une perspective politique ET politisée.

OUF parce qu’il s’agissait de prendre conscience que ce qui se joue en ce moment même : le renouveau de l’afroféminisme dans les sociétés occidentales, n’est pas le fait du hasard mais bien au contraire, s’inscrit dans un mouvement de longue durée, complètement intégré dans l’histoire de France et de l’Occident depuis plus de 100 ans.

OUF parce que pour la première fois, je me trouvais assise à une table ronde face à une salle bondée, où une large majorité du public était composée de femmes noires aussi belles les unes que les autres. Ceci dans le but de parler de politique !

OUF parce qu’il s’agissait de nous mettre en avant, nous femmes noires françaises, qu’on ne cesse de marginaliser économiquement, socialement, dès notre plus jeune âge et de nous invisibiliser médiatiquement. Et lorsqu’enfin on se souvient que nous existons, c’est pour mieux nous caricaturer, nous stigmatiser, nous dénigrer de manière sexiste ET raciste.

OUF parce que dans une France allergique à toute initiative des racisé-e-s PAR eulles et POUR eulles, une France méprisante et intolérante au point de qualifier la moindre de nos actions autonomes et autogérées de communautarisme…. UN TEL RENDEZ-VOUS EST JUSTE OUF !!!

Voilà pourquoi, je ne pouvais que me sentir stressée et honorée à la fois, de participer à un tel événement.

Je dois avouer qu’à la veille de la conférence, je n’étais pas dans mon assiette, complètement envahie par le doute. Suis-je légitime de figurer sur cette table ronde ? Ai-je vraiment quelque chose à dire ? Comment ne pas être ennuyeuse ? J’étais persuadée que je n’y arriverais pas, que je serais prise de bégaiements, que j’allais perdre toutes mes références, être incapable de dire ce que j’avais envie de dire. Mais dès qu’Amandine – dans le rôle de modératrice – a posé la première question, je n’ai pas réfléchi à 2 fois, j’ai pris le micro et j’ai parlé. C’est OUF mais j’ai été particulièrement surprise de constater à quel point j’ai l’habitude de parler devant un public. Ben oui, je l’avais presque oublié mais c’est mon métier 😀

Je ne crois pas avoir beaucoup parlé. Dans l’ensemble, je suis restée un peu en surface – on avait peu de temps, il y avait les interventions flamboyantes de Ndella mais aussi peut être dans l’incapacité d’être dans une posture pédagogique dans ce cadre là, où on s’adressait aussi aux gauchos blanc-he-s, hostiles à notre initiative pour beaucoup d’entre eulles.

Finalement, je n’en retiens que les applaudissements, les sourires, les interrogations à la pause pizza. J’ai été et je suis tellement grisée par les commentaires enthousiastes et les encouragements ! Que même si parfois j’en doute, désormais, je sais que je suis sur la bonne voie. Que je suis faite pour porter ce combat-là, derrière la scène mais aussi lorsque je le peux devant la scène 😀

C’est tellement bizarre de se voir enfin telle qu’on a souhaité être et de se dire que tout ne fait que commencer et que des choses formidables peuvent encore arriver.

Merci à tou-te-s celles et ceux qui se sont déplacés – et encore plus à celles et ceux que nous n’avons pas pu faire entrer dans la salle, faute de places. Merci à celles et ceux qui étaient présents, nous ont écouté et critiqué dans la bienveillance. Merci à Amandine Gay et à tout son entourage qui l’aide dans son magnifique projet, avec un merci spécial pour son formidable compagnon, Enrico. Merci aux Afrofems de Twitter et à toutes les femmes protagonistes du film, d’avoir été là en force dans toute votre swagance. Merci à tou-te-s pour ce moment formidable de convivialité, de partage et de force.


Les critiques 

Evidemment, 2-3 jours se sont écoulés depuis la conférence et les critiques ne se sont pas fait attendre pour pleuvoir. D’abord, les plus virulentes de la part des gauchos blanc-he-s se plaignant du manque de diversitayyyy à la table et que seules des bourgeoises se seraient exprimées…

La fatigue… avant même de répondre… Enfin que dire à part ce que je disais simplement mardi sur Twitter :

des critiques SI prévisibles.. On dérange, on fait parler tant mieux plus le temps de supporter vos conneries ! On occupe le terrain 😀

Je ne vais pas revenir sur le manque de diversitayyyy – pour moi, toute question politique, concernant un groupe social, doit être discutée et portée par les concernés eux-mêmes ! Rappelons une fois encore que l’objectivité n’existe pas ! Encore moins dans cette société scientiste (qui fait de la rationalité, de la science des valeurs sûres voire sacro-saintes de l’objectivité alors qu’elles-mêmes sont des idéologies forgées par l’histoire et la culture donc subjectives…)

En ce qui concerne les accusations de « bourgeoise » j’ai juste envie de rire ! On dirait que les gens sont surpris, peut-être choqués, de voir que des meufs noires maîtrisent l’art de la réthorique, possèdent une grande culture générale et réussissent à organiser un événement à succès par leurs propres moyens. Sachant qu’aucune d’entre nous n’a détaillé ses revenus, ni son patrimoine, ni son métier – sauf moi – nos gauchos ont déduit qu’une telle aisance était le fait que nous soyons des « bourgeoises ».

Et ça c’est juste pas cool ! Ben ouais quoi, quand on entend parler de noir-e-s, on veut entendre du wesh wesh, de la misère, de la violence, de la souffrance. Là, avec ses 6 meufs à la table, on était bien loin des « thugs lives » de « bande de filles » ou des frérots que les gauchos prouvent leur affection en se bourrant la gueule dans des concerts de rap indé (blanc de préférence) contre les violences policières ! Loin de la meuf noire qui a failli être mariée de force et qu’on a sauvé en l’embauchant comme nounou ! Encore plus loin des sans-papiers qu’on apprend à lire et à écrire entre deux sorties au musée ! Donc des noires qui sortent de ces schémas misérabilistes sont forcément des bourgeoises.

Et quand bien même nous sommes des bourgeoises,  en quoi cela invalide notre parole et notre statut d’opprimé en tant que femme et noire ?!!! Pour cela, il faudrait que vous compreniez le concept d’intersectionalité mais bon soit vous ne souhaitez pas le comprendre car la vie est plus belle avec les privilèges, soit vous vous l’appropriez pour perpétuer votre domination et invisibiliser toujours plus les femmes noires…

Dernier point, les modalités du militantisme telles qu’elles sont posées en France – comme partout d’ailleurs –  dans n’importe quel domaine et/ou sphère font que ceulles qui prennent la parole, ceulles qui ont le plus de chances d’être validés, écoutés et suivis sont ceulles qui possèdent un capital culturel (et/ou économique) important dixit Bourdieu, qui ont une situation personnelle et professionnelle stables qui leur permettent de supporter tout le bullshit et la haine qu’implique le militantisme pour tout racisé-e en France ! Je suis donc navrée pour les gauchos en mal de noires en détresse.

Par ailleurs, et là je rebondis sur une critique venant des nôtres, il ne faut pas oublier que la conférence n’a jamais eu la prétention de représenter toutes les femmes noires francophones dans toutes leurs problématiques. C’est impossible et même inconcevable de penser pouvoir le faire. La conférence était un moment T, dans un cadre T pour un public T. Je comprends les frustrations de certain-e-s, je saisis le fossé pour d’autres mais on sera toujours déçu si l’on s’attend qu’un événement afro balaye toutes les questions qui taraudent la communauté alors que nos situations sont si complexes et si diverses. En même temps, nous serons toujours déçus tant qu’il n’ y aura pas suffisamment d’espaces, d’organisations et de mouvements culturels et politiques PAR ET POUR les Afros, afin de mener à bien nos luttes.


Le résumé de la conférence et LA VIDÉO déjà en ligne !

Voici le lien vers le blog de @MrsRoots qui décrit en détails la soirée : https://mrsroots.wordpress.com/2015/02/25/conference-afrofeministe-autour-douvrir-la-voix-damandine-gay/

Et quelques images, à très bientôt <3<3<3

IMG_0556

IMG_0548IMG_0557

Publicités

Auteur : manyyyyyyyy

Jeune trentenaire, enseignante, afroféministe et panafricaine, je m'attèle à ce que le monde et moi cheminions vers plus de justice, de paix et d'amour.

9 réflexions sur « Ma première parole militante publique : Conférence autour du film « Ouvrir la voix » d’Amandine Gay »

  1. Je faisais partie des femmes blanches cis-het de la salle! 🙂
    … et pour moi, ce fut une des meilleurs soirées à laquelle j’ai assisté depuis… toujours? 😀
    Merci merci! (je regrette juste ma timidité qui fait que je n’ai pas osé venir vous voir après si ce n’est pour demander à Amandine Gay quand est-ce que son documentaire sortirait).
    Si vous avez besoin d’allié-e-s pour d’autres événements futurs, je serais heureuse de pouvoir vous soutenir.

Allez ! Tu as bien quelque chose à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s