BET France, Othello, Comédie Française… Invisibles tant que nous serons Noir(e)s

Pour commencer, voici une tribune écrite à 12 mains avec les copines afroféministes Afro FlyAmandine GayClumsyÉmyFania Noël et Mrs Roots 😊


En cette rentrée 2016, il est intéressant de voir à quel point la France a un énorme souci avec ses noir-e-s. Entre le white washing d’Othello (Unique pièce de théâtre du répertoire classique français qui met en scène un homme noir, et pose donc les questions de la couleur de peau, de l’esclavage et du colonialisme, est interprété dans la version 2016, par un homme blanc, Philippe Torento car il s’agirait d’une simple intrigue de jalousie masculine 😑Je vous renvoie à ce très bel article http://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/10/16/pas-de-noirs-sur-scene-le-theatre-francais-est-il-raciste_4791000_3212.html ) et le lancement de la chaîne BET France sans noir-e-s dans staff on voit comment la négrophobie structurelle se manifeste par une violence symbolique continuelle qui ne cesse de se renforcer : l’invisibilisation des noir-e-s même dans leurs propres cultures et histoires ! C’est pourquoi, nous avons tenu à rappeler la triste et constante relégation des noir-e-s dans l’espace culturel et social de la France en le plaçant dans le contexte historique de l’esclavage et celui du refus d’un capitalisme noir comme solution à nos problèmes !

Bref « Nous demandons plus que la représentativité, nous exigeons le respect ».

Continuer à lire … « BET France, Othello, Comédie Française… Invisibles tant que nous serons Noir(e)s »

SPOILER – « Dear White People », du rêve d’un cinéma afro politisé au cauchemar d’un ciné new afro dépolitisant

Je me souviens encore des fous rires incessants qui secouaient mon corps après avoir vu des extraits du film « Dear White People »…Chaque extrait semblait une réflexion à la fois politique et drôle adressée à la suprématie blanche, une punchline jubilante qui promettait enfin de mettre les points sur les « i », les barres sur les « t », une dénonciation « sympathique » des comportements oppressifs des blanc-h-es à l’égard des noir-e-s, particulièrement dans les espaces de la domination, comme les universités !

Ces extraits me faisaient d’autant plus plaisir qu’ils me permettaient d’exorciser mes frustrations et mon sentiment de désespoir face à une France obstinément aveugle  à la question raciale, et ses élites « arriérées » persistant à l’occulter ou pire à la renvoyer à un simple débat identitaire voire psychologique… D’ailleurs, je n’aurais jamais parié la sortie du film dans les salles françaises car à l’instar de « Think like a man », la majorité des protagonistes sont noir-e-s et donc ne pouvait être que censuré car perçu comme trop « communautariste » -___-« 

Continuer à lire … « SPOILER – « Dear White People », du rêve d’un cinéma afro politisé au cauchemar d’un ciné new afro dépolitisant »